Flash info
  • Commémoration Apatridie : 25 février 2017, deuxième anniversaire de la déclaration d'Abidjan sur la lutte contre l'apatridie.
Ministère des Affaires Etrangères
Service d'Aide et d'Assistance aux Réfugiés et Apatrides
armoirie

Atelier de préparation à la réponse aux urgences en Côte-d’Ivoire (Développement d'un plan de contingence de réfugiés libériens)

Mise en ligne le 27/09/2017 / Catégorie: Protection de réfugiés

De gauche à droite: M.FIEGOLO Emmanuel,Coordonnateur Adjoint du SAARA, M.Mohamed TOURE, Représentant du HCR et M.Sebastien APATITA, lors de l'ouverture de l'Atelier.

 

Un atelier de développement d’un plan de contingence pour les réfugiés libériens organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), a eu lieu les 13 et 14 septembre 2017 au siège de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Abidjan.

A l’ouverture de cet atelier, Monsieur Mohamed TOURE, Représentant Résident du HCR en Côte d’Ivoire a tenu à saluer la présence effective des Ministères techniques du gouvernement ivoirien et les représentants des bureaux locaux et régionaux du HCR pour leur participation.

Selon lui, le développement des plans de contingences est une routine parce que le HCR le fait à l’approche des élections cruciales. Poursuivant, il a défini une situation d’urgence comme étant toute situation où le bien-être des personnes serait menacé si des mesures immédiates et appropriées n’étaient pas prises sans délai et où les initiatives extraordinaires et des mesures exceptionnelles s’imposent.

Quant à Monsieur Sébastien APATITA, Administrateur Principal de Protection du HCR, il a axé sa présentation notamment sur les principes de protection des réfugiés, y compris le principe de non-refoulement, l’accès au territoire, l’intégration des critères de protection en Côte d’Ivoire. De son exposé, il en ressort trois scenarii probables relatifs à la tenue des élections présidentielles du 10 octobre 2017 au Libéria.

  1. Le scénario optimiste qui induit une bonne élection ;
  2. Le scénario probable qui induit une contestation des élections ;
  3. Le pire scénario où tout se dégrade.

Mieux, il a rappelé les principes qui sous-tendent le mandat de protection et d’asile du HCR. Il s’agit du non-refoulement, de l’accueil, de l’identification, des enregistrements des demandeurs d’asile, et de la détermination du statut de réfugié. Il a clos son propos en indiquant que l’état d’accueil est le seul gage de la protection internationale, tandis que le HCR ne fait qu’accompagner l’état dans ses actions.

Madame SILUE Laetitia, Conseillère Juridique du SAARA a exposé sur le contexte des urgences des réfugiés libériens et du retour forcé des réfugiés ivoiriens dans leur pays. Il s’agissait pour elle d’indiquer les régions qui pourraient être affectées et les points d’entrées des réfugiés libériens à la frontière.

Après un rappel de la politique de gestion des réfugiés par le Gouvernement ivoirien en début des années 90, Mme SILUE a estimé le nombre des potentiels réfugiés qui pourraient découler à 50 000 voire 100 000.

 Selon elle, les zones d’entrées restent les mêmes et il s’agit de la zone d’accueil des réfugiés (Sud) et la zone d’accueil des réfugiés (Nord) qui sont les plus concernées.

Le lendemain 14 septembre, des travaux de groupes ont eu lieu pour identifier les actions de préparation et l’activation du plan de contingence.

L’atelier s’est achevé par une présentation sur les données, la communication de masse et la levée de fonds en pareille situation.  Le Représentant Résident du HCR en Côte d’Ivoire a prononcé le mot de clôture.